Contemporain - Romance - Chicklit

Quand la nuit devient jour / Sophie Jomain

IMG_20170420_125306_199Edition : Pygmalion

Année : 2016

Pages : 238

Prix :

Résumé :

On m’a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m’enfonce une épine dans le pied, décrire l’échauffement d’une brûlure, parler des nœuds dans mon estomac quand j’ai trop mangé, de l’élancement lancinant d’une carie, mais je suis incapable d’expliquer ce qui me ronge de l’intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà.      La dépression.     Ma faiblesse.
Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n’est en mesure de m’aider. Dieu, la science, la médecine, même l’amour des miens a échoué. Ils m’ont perdue. Sans doute depuis le début.
J’ai vingt-neuf ans, je m’appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois.
Le 6 avril 2016.
Par euthanasie volontaire assistée.

Mon avis

Sophie Jomain est une auteure que j’aime beaucoup j’ai adoré sa saga « les étoiles de Noss Head », et sa saga « Felicity Atcook » est en cours de lecture. J’ai donc voulu continué à la découvrir et cette fois ci dans un autre registre.

Camille est une jeune fille qui dés son plus jeune âge souffre de troubles alimentaires en lien avec son psychique, une fois elle est obèse car boulimique, l’année d’après elle est anorexique.. Toute ses étapes la fatigue, elle déteste son corps et cela l’empêche d’être heureuse, sa vie est un enfer, elle s’enferme, souffre de phobie et quand elle se trouve fasse à une situation délicate s’automutile.. Pour elle s’en est assez, après plusieurs thérapies jamais concluante elle demande le droit de mourir, un droit qui sera accepté car elle est Franco Belges et qu’en Belgique cela est autorisé.

Nous suivons donc Camille dans les 3 derniers mois de sa vie, la majeur partie du livre se passe dans une cliniques psychiatrique ou nous allons partager avec elle ses peurs, ses angoisses, les réactions de sa famille, et sa thérapie..

La narration étant à la première personne du singulier il m’a été plus facile de comprendre ses troubles et son mal être, en effet la dépression est une maladie invisible qui est souvent jugé par les autres. C’est ce que l’auteur met en avant à certains moments, ceci permet de nous recentrer sur cette pathologie et en apprendre plus déçu, afin de ne pas juger sans savoir. Et puis il est aussi question d’euthanasie, un sujet encore assez tabou qui mérite qu’on s’y attarde et dont Sophie Jomain arrive à traité avec douceur.

De plus le récit n’est à aucun moment larmoyant ou accusateur, un point que j’ai beaucoup apprécié.

Pour alléger un peu la lecture nous avons une petite romance qui s’installe, et j’avoue avoir était un peu déçu, car j’ai trouvé cela facile. Surtout qu’à la moitié du livre cela s’intensifie et devient trop présent. Ce que j’avais aimé dans la première partie et mis en arrière plan et j’ai un peu oublier le thème du sujet c’est à dire l’euthanasie volontaire.

Quand aux personnages, certains sont drôle, d’autre un peu plus discret, et pourtant je les ai tous adoré ils ont chacun quelques choses qui fait qu’on s’attache à eux.

En conclusion une lecture ou les sentiments sont très bien transcrits, avec un sujet délicat mais qui est très bien amené mais je regrette cette romance un peu trop prononcé à certains moment. Je n’ai pas eu le coup de cœur attendu mais cela reste une très bonne lectures

Ma note : 17/20

Publicités

4 commentaires sur “Quand la nuit devient jour / Sophie Jomain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s