Album - Manga -BD

California Dreamin’ / Pénélope Bagieu

IMG_20170601_084945_698Édition :Gallimard

Année : 2015

Pages : 272

Résumé :

Ellen naît en 1941 dans une famille juive de Baltimore et, petite déjà, rêve de devenir chanteuse. Sa voix est incroyable, mais sa personnalité aussi excentrique qu’attachante cache une faille de taille : Ellen est boulimique. Et grosse. Trop grosse pour espérer un jour devenir une star. Pourtant quand, à 19 ans, elle devient Cass Elliot, c’est pour échapper à son avenir de vendeuse de pastrami et tenter sa chance à New York ! C’est là que, happée par la folk de l’époque, Cass tombe amoureuse de Denny, le chanteur des Journeymen…

 

Mon avis :

Pénélope Bagieu est une auteur-dessinatrice dont j’ai entendu beaucoup de bien par les chroniques que j’ai pu lire, par conséquent j’ai voulu absolument découvrir ses œuvres; ma joie fut tellement intense quand j’ai aperçue inopportunément cet album à ma médiathèque.

Ce que j’ignorais et dont je vais vous faire part de suite, c’est qu’il s’agit d’un roman graphique sur la vie de la chanteuse Cass Elliot du groupe « The Mamas and the Papas », groupe des années 60 qui à été connue grâce à sa chanson California Dreamin’.. Çela ne vous dit rien cliquez ici  pour vous rafraîchir un peu la mémoire ;).

L’histoire est assez sympa, mais ne sachant pas que les faits soient réels je me suis demandé pourquoi l’auteur avait inventé cette vie si particulière sans but précis avec une fin très ouverte, ceci a perturbé un peu ma lecture. C’est en me renseignant que j’ai connu ce personnage si distinctif, et grâce à cette découverte j’ai pu apprécié cet album qui narre la vie de Cass Mama’s de sa naissance jusqu’à sa consécration qui fut difficile, je vous laisse découvrir pourquoi…..

Nous sommes dans les années 60, l’atmosphère « peace-love-drogue » est bien mis en exergue grâce aux illustrations de Pénélope Bagieu.

En effet, les dessins sont très bien fait même si je peux comprendre qu’il ne plaisent pas à tout le monde à cause notamment des traits des personnages qui sont un peu grossiers, par contre concernant le cadre, le décor on ne peut qu’approuver ce travail de précision qui est bien amené.

L’album fait 272 pages,  un nombre agréable car on en a pour son argent, effectivement il est rare d’avoir ce genre de livre avec autant de pages.

Pour conclure, charmé par ce roman graphique j’ai pu découvrir un groupe et une chanteuse que je ne connaissais pas, de plus relater sous cette forme, on va à l’essentiel sans longueur , le tout avec de jolies dessins.

Ma note : 16/20

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s